L’ombre du vent

l'ombre du vent

Il y a de ces livres qui, une fois terminé, vous laisse vidée, nostalgique et qui vous marquentC’est le cas de celui-ci.

L’univers fascinant, mystérieux et complètement envoûtant de Carlos Ruiz Zafón vous fait pénétrer dans un monde à part, où le monde extérieur reste hermétique à votre lecture. Et vous plongez de tout votre coeur dans histoire, dans la vie de Daniel Sempere.

Je ne peux pas dire que c’est un coup de coeur car c’est un livre à part pour moi.

J’ai été captivé, touché, abattue, vaincue, bouleversé par cette plume et cette histoire unique où le destin d’un jeune garçon va être bouleversé par un livre, un auteur, un homme.

Nous sommes en 1945, dans une Barcelone dévastée par la guerre et qui reprend peu à peu vie. Ce jour restera marquant car c’est le jour où la vie de Daniel Sempere en sera à jamais changé. Sa découverte du roman de Julian Carax sera le début d’une quête effrénée de la vérité, d’obstacle, d’amour, de déception, de peur, de rencontre, de lecture, de recherche

Tout dans ce livre vous touche… l’histoire, les personnages.

Je me suis attachée au père de Daniel, fort et digne. Fermin, un homme drôle, intelligent et au passé difficile.

J’ai appris à connaître et à m’attacher à Julian au fil de ses écrits, de l’enquête de Daniel. C’est le personnage qui m’a le plus ému et touché.

Quant à Daniel, on le voit grandir, se découvrir et on apprend  à le connaître et le comprendre. On suit ses avancées, ses craintes, ses premiers émois et sa vie d’homme.

Je ne veux pas vous en dire plus car c’est un livre à découvrir.

Un livre à part où l’on plonge avec une telle intensité dans un récit fascinantl’univers et l’ambiance nous guide dans un monde, une histoire captivante et unique. Une histoire dont vous avez le bonheur et le privilège de suivre en compagnie de personnages profonds et attachants.

Une fois plongé dans cet univers, vous vous sentirez à part, comme si vous étiez un des personnages de cette aventure.

Même après avoir tourné les dernières pages, vous continuerez d’y penser car il y a de ces livres qui vous marquent pendant longtemps.

 

« Les livres sont des miroirs, et l’on y voit que ce qu’on porte en soi même »  

Julian Carax – L’ombre du vent –

heart

 

Alexandre Desplat – Edward leaves

 

 

Voici l’avis de Mlle Pointillés avec qui j’ai lu ce livre. :)

L-I-E-C 2

 

Publicités

Say Something ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s