La Paupière du jour

La Paupière du jour

Quel plaisir de retrouver Myriam Chirousse !!!

Cette auteure a un don ! A travers sa plume elle nous emmène dans son monde, ses histoires. Comme dans un conte, on voit la scène, tous les détails, on se projette dans monde et on y reste jusqu’à la fin.

C’est ainsi que je me suis retrouvée embarqué dans le Sud de la France, dans le village de Barjouls. Cette découverte du village, je l’ai faite en compagnie de Cendrine.

Cendrine est une botaniste, venue dans ce village afin d’étudier les
plantes de la montagne et des vallées. Mais au fil des pages, on se rend compte que Cendrine a une autre mission en tête…  La vengeance et trouver ce Benjamin Lucas.

On suit donc Cendrine et son enquête, sa rencontre avec les gens du village. Ce qui semblait simple se transforma vite en un amas de fil emmêlés où chaque personnage tire son propre fil avec son passé pleins de secrets. Et on se rend compte que tous ses fils ont un lien entre eux

Les pages défilent, on est totalement immergé dans l’intrigue, on réfléchit, échafaude des hypothèses…

Tout cela en compagnie de personnages attachants. Tout d’abord, Cendrine , à qui l’on s’identifie tout de suite, on se demande ce qu’on aurait fait dans cette situation.

Hugo, l’homme aux oeufs, beaucoup plus profond et avec ses propres blessures.

Les villageois ne sont pas en reste. Chacun apporte des pièces à ce puzzle, parfois sous forme d’énigmes, de métaphores, de vieilles histoires.

La description des lieux, du village, des sensations, des sentiments est tellement bien faite qu’on se retrouve nous aussi dans ce village, dans ses paysages montagneux, dans cette nature qui recèle des secrets.

«  La nuit n’est peut être que la
paupière du jour.
»

Que vous ayez lu ou pas * encore* Miel et Vin *il le faut absolument !!! *, je vous conseille ce livre et surtout de découvrir le talent de Myriam Chirousse. Bien que ne reposant pas sur l’aspect historique comme Miel et Vin, ces deux livres ont une similitude.

Ils nous retracent le passé, le présent et le futur de personnages brisés par les secrets, la vie, l’horreur dont est capable l’homme… Mais qui grâce au destin, à l’amour, le courage, ils trouvent la force de voir dans ce monde une raison de continuer.

Même si l’histoire se base sur un thème dur, ce livre apporte un espoir, une leçon de
vie.

Je vous laisse avec ce joli moment :

« Toutes les fées se présentèrent auprès de ce nouveau berceau et firent à ce deuxième enfant les mêmes dons qu’au premier, afin qu’ils soient
absolument semblables. Quand vint le tour de la petite fée qui avait bon coeur, elle fit tournoyer sa baguette entre ses doigts et dit

–  » Je ne puis te faire le même don, car tu es déjà le don que j’ai fait…

Tu ne le sais pas encore, mais il y a en ce monde une personne à laquelle tu ressembles comme une
goutte à une autre goutte, et vous avez la chance d’être liés par la magie, ce qui fait qu vous allez vous attirer et vous reconnaître comme deux pierres magnétiques. Peut-être allez-vous vous
rencontrer à l’école ou un jour sur une plage? Cherche-le et aime-le, car voilà mon don : C’est une mission, celle de l’amour le plus fort qui soit. Va! Et ne faillis pas »
»

Et si avec tout cela l’envie de le lire n’est pas là, peut-être que ce n’est tout simplement pas le bon moment.

En tout cas moi j’attends avec impatience le prochain livre de Myriam Chirousse !!!

Merci à Babelio et les Editions Buchet-Chastel pour cette belle découverte !

heart logo 1

Kings of Leon – The End

La paupière du jour de Myriam Chirousse

Edition Buchet-Chastel – 2013

 

Publicités

Say Something ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s